Ce site utilise des cookies pour suivre la navigation et vous proposer la meilleure expérience. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez ces cookies. Cliquez ici pour en savoir plus ou modifier vos paramètres de cookies.

COVID-19 : Comment s’assurer que les initiatives de soutien bénéficient aux entreprises et non aux fraudeurs ?

COVID-19 : Comment s’assurer que les initiatives de soutien bénéficient aux entreprises et non aux fraudeurs ?

La crise actuelle liée au COVID-19 impacte chacun d'entre nous. Les institutions publiques et financières y ont rapidement réagi en prenant diverses mesures de soutien économique pour limiter et contrôler l'impact du coronavirus sur la santé des entreprises et des consommateurs.

" De nombreuses entreprises ont déjà adressé des demandes de soutien financier aux banques et autorités gouvernementales, et il est clair que pour ces dernières, les risques liés aux paiements et à la fraude vont augmenter ", déclare Wim Heirman, Global Business Consultant chez Experian. "De plus, ceux-ci ne feront qu'augmenter au fur et à mesure que la crise se prolongera" ajoute-t-il.

De nouvelles demandes de crédit à venir et une augmentation du coût de la fraude

Il paraît évident que si la crise que nous traversons actuellement se poursuit, les entreprises ayant demandé et reçu un soutien économique verront disparaître ces lignes de financement. Elles commenceront alors à en chercher de nouvelles : via une autre banque, le leasing, le factoring ou encore le crowd funding. "Plus les lignes de financement fermées (liées à des pertes plus importantes ou à la possibilité de faillite) seront nombreuses, plus les demandeurs de fonds seront "créatifs". Par conséquent, la fraude liée à ces demandes augmentera à mesure que le besoin se fera plus urgent. Cette situation pourrait également nuire à la "moralité financière" dans certains secteurs", explique-t-il.

Les fraudeurs opportunistes ont certainement déjà sollicité un tel soutien financier pour des entreprises inexistantes ou des organisations fictives ne développant aucune activité commerciale. Ce type de fraude porte directement préjudice aux organismes de prêt proposant une aide liée au COVID-19. Cela augmentera en effet leurs pertes, et pourrait affecter en particulier les gouvernements qui devront assumer des coûts de fraude plus élevés.

La solution Web Data Insights pour qualifier les demandes

Début 2019, Experian a lancé une solution innovante de gestion des risques liés aux demandes des entreprises, appelée Web Data Insights (WDI). Elle combine les technologies du machine learning et de la data science pour générer de nouvelles variables prédictives. En créant des modèles, elle permet ainsi aux organismes de prêt de compléter l'évaluation du risque de crédit en introduisant notamment une nouvelle dimension ‘COVID’.

La solution WDI fournit par exemple des informations supplémentaires sur le niveau de risque de défaut de paiement et de fraude lié au demandeur, permettant de le limiter dès le montage du prêt. L'utilisation de données alternatives et issues du web permet d'identifier rapidement les demandes suspectes et, avec la même rapidité, de sélectionner et qualifier les profils solvables. Web Data Insights évalue également le comportement des clients sur la base de leur présence en ligne. Dans le contexte numérique actuelle, cette fonctionnalité permet d'ajouter une réelle valeur à la matrice d'évaluation existante.

" La solution WDI apporte une énorme valeur ajoutée en termes de gestion du portefeuille clients", déclare Wim Heirman. " Supposons que l'ensemble du portefeuille actuel soit contrôlé par lots, et que les résultats soient utilisés pour le segmenter. Les profils à haut risque présents dans la 'liste blanche' sont probablement ceux qu'il faut cibler de manière plus proactive - il convient alors de les

contacter rapidement et de discuter des éventuelles mesures d'indulgence et de report de paiements."

Des bénéfices concrets pour les PME

La situation actuelle constitue des temps difficiles, voire précaires, pour les PME. La Banque mondiale estime pourtant que ces petites et moyennes entreprises représentent environ 90 % des activités commerciales et plus de 50 % de l'emploi dans le monde. " Le temps est venu de soutenir les PME afin de garantir la prospérité économique ", déclare Wim Heirman. " Les organismes de prêt doivent comprendre leurs besoins actuels et changeants, pour leur ouvrir de nouvelles opportunités. Grâce au niveau de compréhension qu’offre la solution WDI, les banques et autres institutions proposant des mesures de soutien économique pourront par exemple identifier les "vraies" PME et savoir comment leur apporter une assistance optimale. Cela créera également des relations à long terme qui pourraient durer bien au-delà de la quarantaine actuelle".

Vous trouverez plus d’informations sur ce sujet dans notre livre-blanc accessible à l’adresse suivante : https://www.experian.fr/entreprise/analytics-et-decisions/analytics-avancee/web-data-insights