Loading...

Gouvernance des données : 10 actions à faire / à ne pas faire

Gouvernance des données

Avez-vous rencontré des difficultés quand il s’agit d’implémenter un programme réussi de gouvernance des données ?

Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises tentent d’initier un programme de ce type. Néanmoins, la première tentative est souvent compliquée car d’une part, il faut pouvoir entretenir un tel programme ; d’autre part, il faut être capable de montrer son intérêt. Ce qui est d’autant plus compliqué dès lors qu’une société subit des changements d’environnements ou que le domaine d’activité est en pleine mutation.

Cet article vous liste 10 conseils pour concentrer vos efforts afin de limiter les ressources nécessaires et d’éviter les erreurs les plus courantes.

1/ Il ne faut pas… gouverner ces données uniquement d’un point de vue IT
Même si les départements IT sont souvent ceux qui vont identifier le besoin d’une gouvernance des données. Cela ne signifie pas forcément qu’ils sont à l’origine de sa création, de son ajustement ou de son utilisation. Elle implique souvent de meilleurs résultats si la prise de décisions vis-à-vis de ces données s’effectue en gardant en tête la rentabilité des actions et le retour sur investissement.

2/ Il faut… recruter un leader du changement
Le supporter/sponsor devra être une personne qui comprend l’initiative et l’intérêt de la démarche. Quelqu’un qui croit aux effets positifs de la gouvernance des données sur son entreprise. Il ou elle doit être capable de communiquer efficacement avec les responsables des autres départements qui croient également aux bénéfices d’un tel changement.

3/ Il ne faut pas… gouverner ces données en silos
Quand les problèmes liés aux données proviennent d’un département en particulier, il est compréhensible de vouloir gérer ce problème dans ce même département. Si cette approche vous satisfait car elle répond à vos besoins immédiats, d’autres problèmes peuvent survenir. En effet, ces données sont souvent utilisées à travers plusieurs départements qui n’ont pas forcément les mêmes réponses que vous. D’où l’intérêt d’acquérir des bonnes pratiques en gestion des données.

4/ Il faut… élaborer une gouvernance des données globale
La gouvernance des données est d’autant plus efficace dès qu’elle est gérée comme une partie intégrante de la stratégie d’entreprise. Un comité « inter fonctionnel » peut assurer la mise en place des bonnes pratiques en matière de gestion des données. Ainsi une plus-value générale sera créée. L’idée est de penser globalement mais d’agir localement.

5/ Il ne faut pas… penser que toutes les personnes comprennent la valeur des données
Certaines entités de votre organisation sont naturellement très impliquées sur tout ce qui va toucher à la qualité des données. Mais ce n’est pas forcément le cas de tous. Il est recommandé de sensibiliser l’intégralité de vos collaborateurs sur l’importance d’avoir des données exactes et pertinentes.

6/ Il faut… communiquer rapidement et souvent sur l’impact d’une mauvaise qualité des données et sur les bénéfices d’une gouvernance des données
Que votre programme vienne tout juste d’être déployé ou qu’il ait déjà pris de l’importance dans votre société, il est primordial de communiquer fréquemment et intelligemment afin de transformer les valeurs de ces données en plus-value pour votre société.

7/ Il ne faut pas… utiliser des métriques non pertinentes pour son domaine
Une métrique qui est pertinente pour sa société peut ne pas correspondre à une autre organisation. C’est pour cela qu’il faut utiliser des métriques qui soient cohérentes avec vos objectifs. Il faut s’assurer que vous avez la possibilité de mesurer les bénéfices liées à la qualité et gestion des données. Mais également d’analyser l’impact de la gouvernance des données sur votre activité.

8/ Il faut… mesurer l’impact et les progrès
Comme citez précédemment, vous devez être en mesure de quantifier et qualifier vos actions. De cette façon vous serez capable de mieux comprendre les métriques et la manière dont cela se retranscrit sur votre chiffre d’affaires.

9/ Il ne faut pas… considérer la gouvernance des données comme un projet
La plupart des organisations fonctionnent en « project-driven ». Ils identifient ce qu’ils veulent accomplir, ils vont planifier une approche, générer les fonds et ressources nécessaires, puis ils vont mettre en place un planning.
Néanmoins, si vous traitez la mise en place d’un tel programme en mode projet, vous êtes susceptibles de créer l’impression que ce projet a une finalité et une quantité de ressources précises. Hors, une gouvernance des données ne peut pas être entretenue sans un support et des ressources durant toute sa durée de vie.

10/ Il faut… intégrer votre gouvernance des données dans votre culture et vos opérations
S’assurer, dès le début, que vos modèles d’opérations soient en accord avec la culture de votre entreprise. Simplicité et utilité sont essentielles pour l’acceptation. Il est indispensable pour les organisations d’intégrer la gouvernance des données dans les opérations afin de continuer à recevoir l’attention et les ressources nécessaires.