Loading...

Stratégie cross-canal : peut-on encore vraiment parler de freins à l’achat en ligne ?

Une enquête que nous avons récemment menée sur plus de 8000 répondants nous a beaucoup appris sur les comportements d’achat des consommateurs en 2013.

D’après les résultats de l’étude, 95% des consommateurs ont déjà fait une recherche sur le web avant d’acheter et plus de 92% des consommateurs ont déjà acheté en ligne.

PEUT-ON VRAIMENT PARLER DE FREINS A L’ACHAT EN LIGNE ?

Il est intéressant de constater que certains freins sont nettement plus marqués sur certaines catégories d’individus que d’autres.

Ainsi par exemple, 57% des répondants issus de populations modestes regrettent que leurs cartes de fidélité ne soient pas valables en ligne contre seulement 50% des populations aisées.

Les familles de plus grandes tailles et les modestes moyens des premiers leur font attacher une importance bien plus prononcée aux programmes de fidélité et aux avantages qui peuvent en découler.

D’autres différences importantes se font sentir entre les différents profils de répondants.

62% des répondants appartenant au profil « Couple matures et seniors » craignent le manque de confidentialité d’Internet contre 57% des répondants du profil « Etudiants et jeunes actifs ».

Les personnes âgées, moins à l’aise avec les nouveaux médias, y projettent davantage leurs craintes que la génération qui a grandi avec les révolutions digitales.

Dans l’ensemble, les individus viscéralement réfractaires à l’achat en ligne représentent ainsi une part peu importante des consommateurs actuels.

Il apparaît que les freins ou les inconvénients associés au e-commerce n’empêchent pas les consommateurs d’utiliser ce canal d’achat, mais oriente en revanche leurs achats en fonction du type de biens ou services recherché, ou du degré de confiance qu’ils associent aux différents sites Internet.

En savoir plus :

» Pour approfondir le sujet et découvrir nos conseils pour améliorer votre stratégie cross-canal, nous vous proposons de télécharger l’intégralité de l’étude sur les portraits des consommateurs cross-canal de 2013.